Le ski en pleine vitalitéChaque hiver, les adeptes de glisse s’adonnent au ski, ce sport grisant, qui a le privilège de se dérouler en pleine nature.
Mais, il faut bien avoir à l’esprit que c’est un sport intensif, non seulement un divertissement, et qu’il demande préparation. Trop de personnes attendent impatiemment ces vacances et partent sans précaution, souvent même très fatiguées. Il en résulte de nombreux accidents qui pourraient être évités. Bonne nouvelle, il vous reste 3 ou 4 semaines pour vous préparer !

Nous ne parlerons pas ici de règles de sécurité sur les pistes, mais du bon sens “naturo” pour vous donner toutes les chances de skier sans douleur et sans blessure.

Préparer le corps à la pratique intense du ski

Le ski sollicite fortement les systèmes musculaire et cardio-vasculaire ; les jambes principalement mais aussi les abdominaux et la ceinture scapulaire. Dès la fin de la première journée, vous aurez le plaisir de ressentir toutes vos chaînes musculaires. Vous découvrirez de nouvelles sensations dans vos pieds qui auront travaillés à vous tenir en équilibre et à vous faire slalomer. Quadriceps et adducteurs sont donc sur le gril et il est nécessaire de les exercer auparavant.

Comment ? Laissez les transports motorisés, marchez, pédalez, montez et remontez les escaliers. Faites chaque matin des séries d’exercices de renforcement musculaire. Si vous pratiquez le Pilates ou le Yoga, c’est parfait. Ces techniques d’étirement et de musculation douce alliées à une bonne respiration sont une excellente base préparatoire pour tous les sports. Ajoutez une à deux séances de cardio par semaine, comme la course à pied par exemple.

Limiter l’acidité pour limiter les blessures

Sauna Naturôme - Se préparer au ski Nous sommes au cœur de l’hiver, le froid incite à des apports alimentaires plus riches, plus conséquents qui, ajoutés à la sédentarité et au stress, génèrent de l’acidité dans l’organisme. Et c’est principalement cette acidité qui va déclencher des problèmes articulaires, musculaires, tendineux. Il est donc nécessaire de transpirer afin d’éliminer cette acidité par la peau. Pour ce faire, le sauna, une à deux fois par semaine, est la voie royale.

En février, Naturôme vous propose un forfait de 6 séances de sauna valable 6 semaines au prix doux de 120 €.

Côté alimentation, il va de soi qu’il faut alléger. Le foie reste peut-être encore encombré suite aux fêtes… Le printemps guette, les températures font le yoyo, adaptez votre alimentation à votre ressenti en privilégiant le végétal. Légumes cuits à la vapeur, jus de légumes crus, pour plus de vitalité. Des protéines bien sûr, mais à midi uniquement. Exit les sucreries, inutiles. Si vous ressentez une fatigue anormale, pensez à la cure de spiruline ou au magnésium, si en plus votre sommeil est perturbé.

Conseils de naturopathe

Voici nos conseils pour sillonner les pistes sans dommage :

  • Pour un bon départ

Quelques étirements ou salutations au soleil chaque matin, avec friction de la zone dorso-lombaire. Exercices d’échauffement des hanches, genoux, chevilles qui sont les six articulations clefs dans la pratique du ski. Massez les cuisses si besoin avec de l’huile à l’arnica.
Petit déjeuner protéiné de préférence ou crème Budwig, et boisson chaude sans caféine.

  • N’oubliez pas de boire

Hydrater pour bien skierL’activation de la chaudière interne (surtout si la piste est noire !) amène à beaucoup transpirer. C‘est bien pour l’élimination mais, en plus du soleil et du grand air, attention à la déshydratation. Les tendons et les muscles ont besoin d’eau, sinon bobo ! Buvez au minimum 1 L d’eau durant la journée et n’hésitez pas à emporter un thermos avec une infusion pour réchauffer le feu digestif.
En effet, si vous déjeunez d’un casse-croûte froid, il est intéressant d’y ajouter une boisson chaude (gingembre, cannelle,… ou sans rien). Elle facilitera la digestion et vous évitera les jambes molles au redémarrage.

  • Des repas adaptés à la pratique du ski

Quid des restaurants d’altitude qui proposent à côté de leurs burgers/frites et sodas tout un panel de boissons alcoolisées ? C’est un non-sens dans la pratique d’un sport aussi intense. Viendrait-il à l’idée d’un marathonien de boire un whisky pendant son exploit ou à un tennisman d’avaler un plat de frites entre 2 matchs ? Bien sûr, le plaisir et la convivialité d’une raclette le soir fait partie de la semaine, mais accompagnez-là d’une bonne salade et n’en faites pas votre quotidien pendant 6 jours. Ou vous aurez des réveils et des départs difficiles ! Le cas échéant, préférez un bon verre de vin rouge à du blanc, vos articulations vous remercieront.

  • Besoin d’un encas ?

Ils sont nécessaires si vous partez sans petit déjeuner ou si vous avalez des dizaines de kilomètre de l’ouverture à la fermeture des pistes. Sinon, laissez votre système digestif au repos. Seuls les enfants ont besoin de se recharger plus souvent. Bannissez les barres énergétiques industrielles. Pruneaux, amandes, pomme ou clémentine sont de mise.

  • Le soleil est votre ami

Oui, pour la vitamine D et la bonne humeur ! Chacun(e) se protégera selon ses habitudes et en fonction de la réactivité de sa peau, une bonne huile végétale et du beurre de karité peuvent suffire, sinon choisissez une crème la plus naturelle évidemment. Casque ou casquette protégeront du fort ensoleillement en altitude et en durée. Sachez qu’une peau saine et désacidifiée est moins réactive…

  • Ne laissez pas le froid s’installer

Le bonnet est indispensable pour se protéger du froid, en particulier le cerveau qui a tendance à pomper ailleurs toute l’énergie nécessaire.
Les reins, eux aussi, aiment rester au chaud, préservez toujours cette zone même si vous vous dévêtissez en haut.
Enfin, si vous souffrez d’extrémités froides, c’est un problème circulatoire et c’est bien en amont qu’il faut le traiter.

Profiter de la montagne autrement

Sur les pistes de ski

Nous avons tous à l’esprit le ski alpin, mais le ski de fond est un sport remarquable dans la mesure où il étire la totalité du corps des orteils à la nuque, en musclant plus les bras et le torse. Il ne demande pas moins de préparation, car il est également très physique mais il permet de mieux adapter son rythme. Il a également le bénéfice d’éviter les remontées mécaniques énergivores, bruyantes et chronophages dans ce temps sacré de nos vacances.

Quant à ceux et celles qui n’aiment pas la glisse, la marche en montagne, avec ou sans raquettes selon les conditions, leur sera tout aussi bénéfique.

Ce que l’on aime en montagne, c’est la connexion aux quatre éléments — Air, Terre, Eau (neige), Feu(soleil) — que nous offre généreusement la nature. Quant à celle du portable qui pulse contre la poitrine, bien abrité dans la poche intérieure de la doudoune, elle devient secondaire.
Débarrassez-vous des antennes inutiles, embrassez le paysage, dégustez l’air pur et revenez-en revigorés, en pleine forme !

Pour toute question sur cet article, contactez vos naturopathes !

#Naturôme #naturopathie #santé #hygiènedevie #alimentation #vitalité #exercicephysique #sport